ImprimerEnvoyer

Père dans l’obéissance (fin)

Autres

Changer taille:

Pere Dans L Obeissance Fin

Dans son rôle de chef de famille, Joseph a enseigné à Jésus à être soumis à ses parents (cf. Lc 2, 51), selon le commandement de Dieu (cf. Ex 20, 12).

Dans la vie cachée de Nazareth, Jésus a appris à faire la volonté du Père à l’école de Joseph. Cette volonté est devenue sa nourriture quotidienne (cf. Jn 4, 34). Même au moment le plus difficile de sa vie, à Gethsémani, il préfère accomplir la volonté du Père plutôt que la sienne (Cf. Mt 26, 39 ; Mc 14, 36 ; Lc 22, 42), et il se fait « obéissant jusqu’à la mort […] de la croix » (Ph 2, 8). C’est pourquoi l’auteur de la Lettre aux Hébreux conclut que Jésus « apprit par ses souffrances l’obéissance » (5, 8).

Il résulte de tous ces événements que Joseph « a été appelé par Dieu à servir directement la personne et la mission de Jésus en exerçant sa paternité. C'est bien de cette manière qu'il coopère dans la plénitude du temps au grand mystère de la Rédemption et qu'il est véritablement ministre du salut » (S. Jean-Paul II).

Prions :
Saint Joseph, Toi qui as vécu la longue route d’un demain incertain dans ta marche vers l’Égypte inconnu, redis-nous, aujourd’hui les paroles de ton fils Jésus face à l’avenir : « Pourquoi avez-vous peur ainsi ? Comment n’avez-vous pas de foi ? » (Mc 4, 40).

Saint Joseph, Toi qui es revenu de l’exil d’Égypte pour venir vivre, à nouveau, dans la ville de Nazareth et te faire proche des demandes de tes clients, redis-nous, aujourd’hui les paroles de ton fils Jésus face à l’avenir : « Avance en eau profonde » (Lc 5,4) pour « passer sur l’autre rive » (Mc 4, 35).

Saint Joseph, Toi qui es monté vers Jérusalem pour y vivre avec les tiens la Pâque juive, quelle ne fut pas ton inquiétude en découvrant que Jésus n’était pas dans la caravane, redis-nous, aujourd’hui les paroles de ton fils Jésus face à l’avenir : « Éloigne de moi cette coupe ; pas ce que je veux, mais ce que tu veux » (Mc 14, 36).

Saint Joseph, Toi qui as connu l’angoisse et, par la suite, la joie, en retrouvant Jésus enseignant, au Temple, au milieu des docteurs stupéfaits, redis-nous, aujourd’hui les paroles de ton fils Jésus face à l’avenir : « Ne craignez point. Allez annoncer à mes frères et sœurs qu’ils doivent partir pour la Galilée. Et là, ils me verront » (Mt 28, 10). Ainsi soit-il.
Sœur Lise Berger de Saint-Joseph de Saint-Hyacinthe (s.j.s.h.)

Et Lo Tedhal dans tout cela :
Seigneur, à la question angoissée de ta Mère, tu réponds avec douceur, même si c’est avec une certaine fermeté. Tu sembles lui dire : « Pourquoi vous inquiéter tant ? Ne pouviez-vous pas deviner que j’étais chez mon Père, dans sa maison ? ». C’est un échange délicieux de tendresse familiale entre vous. À ton père de la terre, tu superposes doucement celui qui est dans les cieux et auquel tu es lié intimement. Tu insinues que son amour a des exigences qui priment tout le reste.

Cette parole, la première que tu nous donnes, n’est pas seulement l’expression de ta joie d’être auprès de ton Père, mais c’est bien plus la révélation de ton origine et de ta destinée, le mystère de ta relation personnelle avec Dieu.

J’ai souvent médité cette parole : « Ils ne comprirent pas ». Est-ce possible ? Marie et Joseph connaissaient mieux que quiconque ton origine et ta destinée. Ils ne purent donc se méprendre sur le sens et la portée de tes paroles. Marie a-t-elle douté ? Non ! Elle a été déroutée…

Mais habituée à conserver dans son cœur toutes les paroles te concernant ou émanant de toi pour les méditer, elle s’incline devant les exigences que nécessite ta mission. À son école et à celle de Joseph, tu m’apprends à ne jamais m’arrêter dans ma route vers toi. Si ton « mystère » ne m’est pas tout à fait révélé, ou si ma confiance entière en toi passe par des étapes déroutantes, tu m’invites à aller de l’avant, comme tes parents, avec la certitude nichée dans mon cœur que la lumière brillera pour récompenser ma persévérance. (Extraits de l’Evangile en Prières)


Powered by Web Agency