ImprimerEnvoyer

Triple confession (Jn 21, 15-19)

P. Roger Sarkis

Changer taille:

Tweet L Amour De Dieu Est Gratuit

L’homme a besoin d’aimer et d’être aimé. C’est pourquoi nous ressentons une grande satisfaction à la moindre marque d’affection, d’admiration ou d’amour. Nous recherchons inlassablement une manifestation de l’amour d’autrui. Nous avons peur que nos relations s’affadissent et nous sommes toujours en quête d’attention, de considération ou de félicitations. Dans notre comportement, nos paroles et nos actions, il y a toujours l’espoir d’être apprécié ou bien la peur d’être rejeté.

Mais une telle conception de l’amour ne nous permettra jamais d’atteindre la perfection. De ce point de vue, l’amour n’est qu’un manque à combler qui nous attriste, tout en nous rendant plus vulnérables et plus susceptibles. C’est pourquoi, la poursuite de l’amour qui nous manque, loin de nous apporter de la satisfaction, nous conduira toujours à l’échec.

Les paroles utilisées par Jésus dans son dialogue avec Pierre nous touchent, car elles reflètent une dialectique qui se développe au plus profond de notre cœur. La demande de Jésus peut paraître semblable aux nôtres, quant à la forme : M’aimes-tu ? Cette question, qui ne peut se contenter d’une simple réponse, ne cesse de se poser à nous, au sein de chacune de nos relations : fraternelles, amicales ou conjugales. Mais il faut comprendre autrement ce dialogue pour en extraire le message profond.

Les paroles de Jésus sont davantage une invitation qu’une demande. Jésus n’est pas à la recherche d’un amour qui lui procurerait de l’autosatisfaction. C’est bien plutôt Lui l’Amour vrai révélé sur la Croix. Toute la vie de Jésus, sa mort et sa résurrection sont un témoignage de l’Amour gratuit, parfait et sans limite. Jésus est le seul à aimer sans attendre de reconnaissance ou de récompense humaine.

Jésus invite donc Pierre, et nous tous, à changer le but de notre quête, afin de satisfaire le besoin qui nous habite. L’amour ne sera jamais comblé s’il est recherché, sollicité ou mendié. Il restera toujours un but insaisissable ou un vide blessant. L’amour doit être donné et offert. Ce n’est qu’en aimant que nous nous sentirons aimés. C’est pourquoi Jésus demande à Pierre : "Simon, fils de Jean, m’aimes-tu plus que ceux-ci?". La demande de Jésus ouvre le chemin pour dépasser les limites du moi vers l’autre. L’homme doit donner de l’amour pour en recevoir. L’amour ne se révèle que sur la Croix. Ici la vie est reçue autant qu’elle est donnée.

Jésus répète ces mêmes paroles par trois fois. Il rappelle à Pierre son échec, non pas pour le juger, mais pour lui ouvrir une issue. Pierre représente, dans sa faiblesse et son échec, l’homme incapable de vivre l’amour parfait. Il représente chacun d’entre nous. Le premier parmi les apôtres a nié le Seigneur au cours de la nuit de la Passion, coupant ainsi tout lien de connaissance et d’amitié avec le Maître. Mais, pour le Christ, le péché de l’homme, même le plus grave, ne saurait avoir le dernier mot. Dieu nous aime et nous pardonne nos faiblesses, car le pardon est la forme sublime de l’amour.

Jésus insiste sur l’amour comme fondement de toute relation. Il demande à Pierre de l’aimer plus que les autres. Ce plus résume toute la vie chrétienne. Jésus nous invite à aimer et à aimer plus, c’est-à-dire à pardonner et à pardonner plus… L’amour devient concret quand il est capable de prendre le chemin du pardon. En invitant Pierre à l’aimer plus que les autres, il l’invite à se pardonner à lui-même son péché et à accepter l’amour du Maître.

En confessant à Jésus son amour, Pierre s’engage à vivre l’amour à l’image du Christ. Pierre est donc invité à suivre le Seigneur, c’est-à-dire à donner sa vie à l’image de Jésus. L’amour de Pierre doit être scellé par la mort sur la croix. Jésus nous dit, à travers Pierre, qu’il n’y a pas d’amour sans la croix. Prendre le chemin de l’amour, c’est "étendre les mains" comme Jésus (Jn 12, 33 ; 18, 32), c’est être prêt à souffrir de la force de l’amour qui habite en nous.

Ce n’est pas par hasard si ce dialogue se trouve aux dernières pages de l’évangile de Jean. Il se veut un exemplaire et un guide pour la vie de l’Eglise tout au long des siècles. Dans cette scène, Jésus et Pierre représentent ensemble la mission continuelle de l’Eglise, à travers le sacrement de l’amour et du pardon. Jésus n’a pas demandé à Pierre de confesser ses péchés, mais il l’a invité à confesser son amour. De même dans notre vie, comme dans notre confession sacramentelle, nous sommes invités à confesser notre amour. Et c’est cette lumière de l’amour qui nous permet de distinguer l’obscurité du péché en nous.


Powered by Web Agency