Méditations: Mgr Mansour Labaky

ImprimerEnvoyer

Un village refuse de recevoir Jésus (Lc 9, 51-62)

Mgr Mansour Labaky

 

Extrait du Livre : "L'Evangile en Prières"


† 13e dimanche du Temps ordinaire – année C 
Comme le temps approchait où Jésus allait être enlevé de ce monde,
il prit avec courage la route de Jérusalem
.
Il envoya des messagers devant lui ;
ceux-ci se mirent en route et entrèrent dans un village de Samaritains pour préparer sa venue.

Mais on refusa de le recevoir, parce qu'il se dirigeait vers Jérusalem.
Devant ce refus, les disciples Jacques et Jean intervinrent :
« Seigneur, veux-tu que nous ordonnions que le feu tombe du ciel pour les détruire ? »
Mais Jésus se retourna et les interpella vivement. Et ils partirent pour un autre village.
En cours de route, un homme dit à Jésus : « Je te suivrai partout où tu iras. »
Jésus lui déclara : « Les renards ont des terriers, les oiseaux du ciel ont des nids ;
mais le Fils de l'homme n'a pas d'endroit où reposer la tête. »
Il dit à un autre : « Suis-moi. » L'homme répondit :
« Permets-moi d'aller d'abord enterrer mon père. »
Mais Jésus répliqua : « Laisse les morts enterrer leurs morts.
Toi, va annoncer le règne de Dieu.
»
Un autre encore lui dit : « Je te suivrai, Seigneur ;
mais laisse-moi d'abord faire mes adieux aux gens de ma maison. »
Jésus lui répondit « Celui qui met la main à la charrue et regarde en arrière 

n'est pas fait pour le royaume de Dieu. »

  

Un village refuse de recevoir Jésus (Lc 9, 51-62)Seigneur ! Voici une nouvelle période de ta vie qui commence et elle sera décisive. L'heure de la Rédemption est proche. Tu quittes donc la Galilée et tu te rends résolument à Jérusalem en prenant le chemin le plus direct ; cela t'oblige à traverser la Samarie.

Ce n'est pas le chemin emprunté habituellement par les pèlerins qui voulaient à tout prix éviter le contact avec les Samaritains qu'ils exécraient. Selon l'expression sémitique, tu «durcis ton visage» ; expression que l'on trouve dans le Chant du Serviteur chez Isaïe : «J'ai rendu mon visage dur comme pierre, je sais que je ne serai pas confondu» (Is 50, 7). Cela prouve ta détermination dans la décision que tu prends d'accomplir jusqu'au bout ta mission dans un total abandon au Père.

Powered by Web Agency

Lire la suite...

 

ImprimerEnvoyer

Annonce du Paraclet (Jn 14, 23-29)

Mgr Mansour Labaky

 

Extrait du Livre : "L'Evangile en Prières"


† 6e dimanche de Pâques – année C
À l'heure où Jésus passait de ce monde à son Père, il disait à ses disciples :
« Si quelqu'un m'aime, il restera fidèle à ma parole ;
mon Père l'aimera,
nous viendrons chez lui, nous irons demeurer auprès de lui.

Celui qui ne m'aime pas ne restera pas fidèle à mes paroles.
Or, la parole que vous entendez n'est pas de moi :
elle est du Père, qui m'a envoyé.
Je vous dis tout cela pendant que je demeure encore avec vous ;
mais le Défenseur, l'Esprit Saint que le Père enverra en mon nom,
lui, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit.
C'est la paix que je vous laisse, c'est ma paix que je vous donne ;
ce n'est pas à la manière du monde que je vous la donne.
Ne soyez donc pas bouleversés et effrayés.
Vous avez entendu ce que je vous ai dit :
Je m'en vais, et je reviens vers vous.
Si vous m'aimiez, vous seriez dans la joie puisque je pars vers le Père,
car le Père est plus grand que moi.
Je vous ai dit toutes ces choses maintenant, avant qu'elles n'arrivent ;
ainsi, lorsqu'elles arriveront, vous croirez.

 

 Annonce du Paraclet (Jn 14, 23-29)Seigneur ! À quelques heures de ta Passion, tu apparais souverainement libre et dans une totale paix intérieure. Alors que tu t'apprêtes à quitter les disciples qui ont partagé avec toi les instants privilégiés des trois années de ta vie publique, tu les invites à ne pas succomber à la tristesse et au découragement, mais à continuer à te faire confiance. Cela malgré les apparences qu'ils peuvent interpréter comme un échec total de ta mission. Tu les rassures et multiplies les promesses.

« Si quelqu'un m'aime, il restera fidèle à ma promesse, mon Père l'aimera, nous viendrons chez lui et nous établirons chez lui notre demeure » : t'aimer, c'est donc écouter et accueillir ta Parole. Et en accueillant ta Parole, c'est le Père que l'on reçoit, car toi et Lui ne faites qu'un. Ainsi ta Parole est présence de vous deux, présence divine au fond de mon être. Je deviens votre sanctuaire, votre tabernacle.

Telle est la première promesse que tu nous fais.

Au lieu des effusions de tristesse qui accompagnent normalement une séparation, qui plus est quand il s'agit de mort, tu présentes à tes disciples ton départ comme nécessaire à ton retour, et source de tous les bonheurs.

Powered by Web Agency

Lire la suite...

   

Page 5 sur 5

<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 Suivant > Fin >>