Imprimer

En signe d’Alliance

Écrit par Padre Damiano Puccini Dimanche, 06 Juin 2021 00:00

Padre Damiano Puccini

Changer taille:

En signe d’Alliance

En cette fête solennelle du Saint Sacrement du Corps et du Sang du Christ, tous les textes ont été choisis pour nous parler de l’Alliance entre Dieu et les hommes.

La première lecture est tirée du livre de l'Exode. Dès l’Ancien Testament, l’Eucharistie est présente en figure à travers des signes et des rites concrets.

Dieu a fait alliance avec Moïse sur le mont Sinaï en lui faisant don de la Loi. La Loi qui révèle à l’homme son péché et lui ouvre la voie du pardon. Ce n’est pas seulement avec Moïse que Dieu fait alliance mais avec tout son peuple. C’est un évènement d’une telle importance que tout l’Ancien Testament est qualifié de Première Alliance.

Une alliance est conclue lorsque les clauses sont claires pour tout le monde. En redescendant du Sinaï, Moïse rapporte au peuple les paroles reçues de Dieu. Ces commandements qu’ils doivent respecter pour mériter la confiance du Seigneur et sa protection. L’initiative est divine et le peuple adhère : "Ce que le Seigneur a ordonné, nous le ferons et nous l'exécuterons".

Le rite du sang, qui conclut le pacte, avec le banquet de communion, exprime l'adhésion, la communication, l'unité avec Dieu et certainement pas la magie : unité et entrelacement inséparables entre le rituel et la parole.

Le peuple en est aspergé par Moïse car le sang est signe de vie et de lien familial : le même sang, la même vie circulent désormais entre Dieu et son premier-né Israël. Un pacte de sang lie désormais Dieu et Israël dans une seule existence de fidélité et d'amour.

L'homme porte profondément ancré en lui un désir de communion, de proximité, de collaboration avec Dieu. Dieu lui-même cherche à retrouver la complicité amoureuse qu’il entretenait avec Adam avant la chute.

Dieu assure l’homme de sa proximité mais il ne lui retire pas sa liberté.

L'homme répond par sa présence et sa fidélité.

Par la suite, le Christ n'utilisera pas le sang des animaux en sacrifice à Dieu, mais c’est son propre sang qu’il versera au Calvaire. Le Christ ne nous offre pas une libération transitoire, mais une « rédemption éternelle ». Le Christ nous unit intimement à Dieu en nous laissant son corps et son sang par le sacrement de l’Eucharistie. Il se donne à nous jusqu’à la fin du monde comme il l’a promis.


Powered by Web Agency

Textes Liés: